Retour à l'article normal

UNSA Éducation Bourgogne Franche-Comté

 Article publié le vendredi 5 juin 2020

CTA spécial déconfinement 4 06 2020

Notre déclaration préalable ici

Masques Aucune autre information que celles données sur la FAQdu ministère : ici 

Protocoles Sanitaires Avec l’augmentation du nombre d’élèves les protocoles vont être de plus en plus difficiles à faire respecter, au niveau de la distanciation notamment lors des récréations. Il n’y a pas d’assouplissements prévus pour le moment.

Infirmières Un point est fait sur le protocole avec l’ARS, un balisage dans le temps apparait nécessaire. A l’UNSA éducation nous avons souligné l’intérêt qu’il y a eu dans cette période d’avoir un corps d’infirmières scolaire et de médecins scolaires rattachés à l’éducation nationale.

Administratifs 
Travail à distance impossible pour les gestionnaires de collège alors que c’était possible pour ceux de la région. La SG adjointe précise que cela tient aux logiciels mis à dispostion par les collectivités territoriales.
- Les congés des personnels ne sont pas remis en cause.

Prime exceptionnelle
En soi cette prime exceptionnelle pour les collègues (titulaires, ou non) ayant assuré l’accueil des enfants de soignants est une bonne nouvelle mais les effets de seuil sont mal compris par les collègues. La SG, qui sortait d’une visio avec le ministère, nous a précisé qu’il n’y avait pas de changement sur ce point. La rectrice remercie l’engagement des collègues et rappelle qu’ils ne l’ont pas fait pour toucher cette prime. Nous insistons malgré tout sur l’incompréhension face à ses modalités de mise en œuvre.
Par ailleurs pour son attribution aux personnels ayant été en surcharge de travail ou ayant été investi dans des plans de continuité d’activité : les critères d’attribution seront très stricts => tout le monde ne l’aura pas, ce qui risque d’engendrer aussi des crispations.

AESH
Nous obtenons l’inscription à l’ordre du jour du prochain CTA de la quetion des PIAL et de la modification du contrat de certains personnels AESH. Premiers éléments ici

Dans le cadre du déconfinement, leurs missions restent les mêmes avec une protection renforcée du fait de leur proximité avec les élèves.
Les AESH doivent travailler dans la quotité de temps de travail inscrite dans le contrat. Si l’élève accompagné n’est pas présent, il y a donc une adaptation à la nouvelle situation mais qui doit rester conforme à leurs missions : il ne s’agit donc pas de gérer l’entretien des locaux.

 

Point premier degré :



Dans le 1er degré, 23 écoles sur 1642 restaient fermées cette semaine. 12 écoles en Côte d’Or ; 1 seule dans la Nièvre ; 3 en Saône et Loire ; 7 dans l’Yonne. On compte en moyenne 30% d’élèves dans les écoles bourguignonnes.



De très nombreuses questions sont posées :

  • Souci pour les élèves décrocheurs, il faut retravailler le lien avec les familles.
    La rectrice espère qu’une synergie se crée avec la reprise des plus grands. Synergie aussi avec travail conjoint des IEN, assistantes sociales, directrices, directeurs et mairies. La question se pose particulièrement en REP.
  • Les élèves enfants de personnes nécessaires à la continuité de la vie de la nation se concentrent dans certaines écoles ce qui rend difficile l’accueil des autres élèves dont les décrocheurs.
    La rectrice dit avoir conscience de ce problème, ces élèves prioritaires devront peut-être être mieux ciblés afin de permettre une ouverture des écoles à tous les élèves. Toutes les professions sont-elles toujours nécessaires ?
    Un décompte du nombre de jours d’accueil par élève n’est pas possible actuellement car il solliciterait encore les directrices, directeurs…
  • ASA pour garde d’enfants
    Le dispositif existe encore mais sera très difficile à mettre en œuvre. En effet, il faudra une attestation de non possibilité d’accueil à l’école de ses enfants. Les enseignants ont une priorité d’accueil. Par ailleurs, les collègues faisant le choix (sans autre motif) de ne pas remettre leurs enfants à l’école, ne pourront être mis en congés, et se verront proposé du télétravail si cela est possible.
  • Accueil des élèves perturbateurs
    Lors du précédent CTA il avait été dit qu’un élève qui a une attitude manifestement contraire aux impératifs sanitaires pouvait ne pas être accueilli.
    Mais maintenant, c’est la procédure normale qui doit prévaloir avec la réunion de deux équipes éducatives à un mois d’intervalle. En cas de souci de ce type, il convient de prévenir rapidement son IEN.
  • 2S2C 
    Ils ne concurrencent pas l’école, ils permettent d’augmenter les capacités d’accueil des enfants pendant cette période où les écoles peuvent rapidement arriver à saturation. Nous n’avons pas eu d’info sur l’ampleur de leur déploiement…
  • Décharge de direction
    Les directeurs peuvent continuer à être déchargés totalement partout où c’est possible.
  • Cumul travail en présentiel et distanciel
    Oui c’est possible mais c’est un choix d’organisation des équipes, rien n’est imposé.

Point second degré



L’importance du cours en établissement : un discours rassurant
La rectrice souligne l’importance du présentiel et donc du contact entre élèves et enseignants : « on le ressent physiquement  ». Le numérique reste un outil et a été le moyen d’assurer une forme de continuité. Il a permis de garder du lien pour la majorité des élèves mais ce n’est pas l’idéal.
Il est donc important d’entendre que cette situation était « anormale, hors norme, liée à une crise », que le modèle n’est pas « vouée à être pérennisé » : « ce n’est pas ça l’enseignement ».

La reprise de juin 
Dans le second degré, le 2 juin a marqué le début de la reprise progressive. Tous les collèges de l’académie seront ouverts le 8 juin. La priorité est donnée aux 6ème et 5éme
La reprise des lycées est plus progressive. 
La phase de transition distanciel / présentiel est une forme de « service républicain ». Mais concrètement, un service complet en présentiel ne contraint plus l’enseignant aux cours à distance. 
Les enseignants sont invités à avoir une démarche individuelle vers les élèves après cette période perturbante. Il est rappelé que le but n’est pas du tout de terminer les programmes.
Le cas des décrocheurs est spécifique et constitue un « point de vigilance pour le rectorat » qui met en avant la mobilisation effectuée pour ramener ces élèves, les communications dans la presse et son travail sur le rapport à l’école.
L’idée du rectorat est d’arrêter de considérer que la profession des parents est un critère de priorité.



Sur le protocole sanitaire :
- Les masques et le matériel adapté doivent vraiment arriver partout. Le rectorat insiste sur la mobilisation pour ce travail.
-Les élèves qui contreviennent volontairement aux règles de sécurité pourraient être exclus car ils mettent en danger les autres personnes présentes.



Gestion des postes partagés
Sur la question des collègues en postes partagés, le SE-Unsa avait récemment écrit à la rectrice pour obtenir des précisions et insister sur des conditions qui peuvent être difficiles.
Réponse de l’institution : Ces enseignants ne voient pas leur service modifié dans ce contexte particulier car les affectations sont mises en place pour l’année scolaire. Ces collègues ne peuvent donc en réalité compter que sur le bon sens de leurs chefs d’établissement !


L’adaptation « locale » de la reprise Nous avons questionné le rectorat sur les disparités constatées dans les établissements qui viennent d’ouvrir pour accueillir de nouveau des élèves. On nous explique que « les différences sont inhérentes mais pas contraires au principe d’égalité ». Une adaptation locale n’est pas un problème pour notre administration qui explique ce phénomène par :
la capacité du conseil départemental / régional à mobiliser des agents
les locaux à aménager
Sur le fond, ces différences s’expliquent surtout par la « marge d’appréciation pour les proviseurs ». Dans les lycées, des priorités ont cependant été transmises aux établissements : l’accent devait être mis sur les secondes, l’orientation et la préparation de l’entrée dans le supérieur pour les terminales. Chacun pourra vérifier l’application de ces consignes.



Sur la rentrée de septembre 2020
Pas d’information pour le moment. Ce ne pourra pas être une rentrée classique, cette question est encore en l’état d’une réflexion avec le ministre et la DGESCO. Les dispositifs à prévoir et les pistes de travail en sont toujours au stade de la réflexion. 

Nos questions diverses ici



Pétition LDG Unsa éducation (nous demandons le maitien du regard de vos délégués des personnels sur les opérations de mobilité)
Ce CTA a également permis à vos représentants de faire un point sur le calendrier et l’impact sur la carrière des enseignants.
A ce jour, il n’y a toujours pas de date pour la CAPA traitant de la classe exceptionnelle
Les recours liés au mouvement intra se feront par écrit : courrier au rectorat (Dirh) ou par mail ( mouvement2020@ac-dijon.fr )
Compte-tenu du contexte actuel, ces entretiens seront prioritairement organisés en distanciel



Concours
Les concours 2020 pourront être organisés grâce aux locaux de l’Université de Bourgogne. Le protocole sanitaire est bien sur mis en place et chaque candidat a reçu une information.
Les résultats des écrits sont annoncés autour du 10-15 aout dans le second degré, les affectations auront lieu dans la deuxième quinzaine d’aout. => très tardive
Pas de réponse sur le recrutement des personnels ATSS pour cette année.
- CRPE, les 26 et 27 juin, (oui oui, vendredi et samedi) on ne sait pas encore si le nombre de postes ouverts restera le même après les ouvertures programmées en mars… résultats le 7 août.

 Autres questions diverses


Titularisation Inspection obligatoire uniquement si un licenciement est envisagé, seuls 10 stagiaires seraient concernés.

Classe prépa Concours dans l’établissement qui pourra réduire sa capacité d’accueil si l’organisation des épreuves l’exige

Commission livret / Bac / DNB Les mécanismes nous sont expliqués rapidement. Il y a deux niveaux de commissions dans l’établissement et académique pour harmoniser. Nous n’avons pas le temps d’évoquer le fait qu’il soit demandé à certains collègues de transformer des compétences en note ce qui semble totalement antinomique…

Défraiement du travail à distance Il n’est pas prévu.

PFMP, stages, BTS : pour valider le BTS il faudra au moins 4 semaines de stages sur les 2 ans


Apprentissage Le parcours des apprentis éducation nationale doit être sécurisé sans que cela revienne à les rebasculer en voie scolaire… La situation du Bac pro nautisme de Decize est évoquée.

Protection fonctionnelle et télétravail Les collègues qui seraient inquiétés suite à un piratage de leurs classes virtuelles bénéficieront de la protection fonctionnelle quand bien même ils n’aient pas utilisé les outils préconisés par le ministère (sauf agissement non approprié de leur part).


Voie technologique Le rectorat nous communique une note faisant le point sur les effectifs. ici


Visio de 4 heures 30... Espérons que ce soit la dernière.


Vos délégués UNSA éducation Jean-Charles Bay Laplante, Maxime Lacroix et Bruno Guého