Retour à l'article normal

UNSA Éducation Bourgogne Franche-Comté

 Article publié le samedi 17 octobre 2020

Réaction face à l’assassinat de notre collègue Samuel Paty

 

 

Rassemblements dans la région académique :

Académie de Dijon

Côte d’Or : Dimanche 18 octobre 2020 à 15h00

  • Dijon : place de la République

Nièvre : Dimanche 18 octobre 2020 à 15h00

  • Nevers : square de la Résistance

Saône-et-Loire : Dimanche 18 octobre 2020 à 15h00

  • Chalon sur Saône : devant la mairie
  • Mâcon : place Lamartine

Yonne : Samedi 17 octobre 2020 à 18h00

  • Auxerre : devant la mairie
  • Tonnerre : devant la mairie
  • Sens : marché couvert

 

Académie de Besançon

Doubs : Dimanche 18 octobre 2020 à 15h00

  • Besançon : esplanade des Droits de l’Homme
  • Montbéliard : devant le lycée des Huisselets

Jura : Dimanche 18 octobre 2020 à 15h00

  • Lons-le-Saulnier : place de la Liberté

Haute-Saône :

 

Territoire de Belfort : Dimanche 18 octobre 2020 à 15h00

  • Belfort : place de la République

 


L’UNSA Education Bourgogne Franche-Comté et ses syndicats s’associent au message porté par l’UNSA Education.
Toutes nos pensées et notre soutien sincère aux proches, à la communauté éducative, aux élèves de notre collègue.
Restons unis, ne cédons pas à la haine. Les valeurs de la République et de l’Ecole doivent rester fondamentales.


Communiqué : Appel au rassemblement : dimanche 18 octobre 2020

Ce vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, Samuel Paty a été assassiné devant le collège où il enseignait l’histoire et la géographie.

 

Victime d’un attentat perpétré au nom d’une conception dévoyée de l’Islam, il était depuis plusieurs jours la cible d’une vindicte publique. Pourquoi cette vindicte ? Parce qu’il avait montré des caricatures de Mahomet dans l’une de ses classes où il étudiait avec ses élèves la liberté d’expression. Comme tout enseignant, il cherchait ainsi à préparer des jeunes à l’exercice de l’esprit critique, condition essentielle à une pleine citoyenneté.

Face à cette horreur, nous appelons les citoyennes et les citoyens à se rassembler ce dimanche 18 octobre à 15h sur la place de la République à Paris. Au-delà de ce rassemblement, nous appelons nos représentations locales à organiser des initiatives dans les jours qui viennent.

 

Nous nous rassemblerons pour dire des choses simples et importantes.

 

Que nous pensons à Samuel Paty ainsi qu’à ses proches endeuillés.

 

Que les enseignants doivent être soutenus dans l’exercice de leur métier.

 

Que nous sommes attachés à la liberté d’expression et que nous refusons les logiques extrémistes et obscurantistes.

 

Que nous sommes attachés à la laïcité, qui garantit la liberté de conscience.

 

Que ça n’est pas par la haine que nous répondrons à la haine qui a coûté la vie à Samuel Paty mais par la promotion de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

 

Appelé par SOS Racisme, la FSU, le Sgen-CFDT, l’Unsa-Education, le SNALC, la FCPE, « La FIDL - le syndicat lycéen », la FAGE, l’UEJF et « Dessinez Créez Liberté »

 

 

Premiers signataires :

LDH

MRAP

 

Avec le soutien de Charlie Hebdo


Communiqué : Un enseignant assassiné, ne cédons pas face à la barbarie


L’UNSA Éducation exprime tout son soutien et toutes ses pensées aux proches de notre collègue de Conflans Sainte Honorine assassiné ainsi qu’à ses élèves, ses collègues et à toute la communauté éducative. L’émotion du monde éducatif et de toute la société est très grande face à une telle horreur.

Reçue ce samedi matin par le Premier ministre et le ministre de l’Éducation nationale, l’UNSA Éducation appelle à l’unité autour de la République et de son École.
Comme nous le souhaitions, un hommage national va être rendu à Samuel Paty. Notre Fédération, avec d’autres organisations appelle demain à des rassemblements, à Paris et sur tout le territoire.
L’UNSA Éducation sera présente ce dimanche 18 octobre, à 15H00 Place de la République.
Par l’assassinat de cet enseignant, c’est toute l’École et c’est notre République qui sont meurtries. Il faut soutenir toute la communauté éducative du collège mais plus largement l’ensemble des enseignant·es qui font leur métier, font vivre les valeurs de la République et la laïcité, défendent la liberté d’expression. Plus largement il est indispensable d’adresser un message à tous les personnels des écoles et des établissements scolaires qui sont aujourd’hui profondément bouleversés par cette barbarie.
Face à de tels actes nous appelons à l’unité républicaine. Ne rien céder ni à celles et ceux qui prônent la haine et le rejet, ni à celles et ceux qui remettent en cause la liberté d’expression et attaquent la République.
Les valeurs de la République doivent être réaffirmées et il faut les faire vivre.

Frédéric MARCHAND
Secrétaire général de l’UNSA Education

Ivry sur Seine, le 17 octobre 2020


Communiqué de Frédéric Marchand, secrétaire général de l’UNSA Education


L’UNSA Éducation exprime tout son soutien et toutes ses pensées aux proches de notre collègue de Conflans Sainte Honorine assassiné ainsi qu’à ses élèves, ses collègues et à toute la communauté éducative.
L’émotion du monde éducatif et de toute la société est très grande face à une telle horreur.

Le ministre Jean-Michel Blanquer reçoit les organisations syndicales ce samedi matin. Il faut soutenir toute la communauté éducative du collège mais plus largement l’ensemble des enseignant·es qui font leur métier, font vivre dans leurs enseignements les valeurs de la République et la laicité, défendent la liberté d’expression. Plus largement il faut aussi adresser un message à tous les personnels des écoles et des établissements scolaires qui sont aujourd’hui profondément bouleversés par cette barbarie.
Les valeurs de la République doivent être réaffirmées et il faut les faire vivre. Face à de tels actes il faut l’unité républicaine et ne rien céder ni à celles et ceux qui prônent la haine et le rejet, ni à celles et ceux qui remettent en cause la liberté d’expression et attaquent la République.

Au travers de cet enseignant assassiné, c’est toute l’École et c’est notre République qui sont meurtries. Ne cédons pas et restons uni·es.

Frédéric MARCHAND

Ivry sur Seine, le 16 octobre 2020